Darknet, le grand malentendu ? | Jean-Philippe Rennard | TEDxParis

Darknet, le grand malentendu ? | Jean-Philippe Rennard | TEDxParis


Traducteur: eric vautier
Relecteur: Mohand Habchi D’après vous, qui est-ce qui
vous connaît le mieux ? Les garçons vont me répondre :
« Maman ! », évidemment. A moins que ce ne soit votre chéri. Depuis le temps que vous vivez ensemble,
il ou elle vous connaît parfaitement. Oui, de manière générale, ce sont nos proches
qui nous connaissent le mieux. Pourtant, une étude récente a montré qu’il suffit de connaître
250 likes sur Facebook – 250 likes, ce n’est
quand même pas beaucoup – pour qu’un algorithme
soit plus fiable que vos proches dans l’évaluation de votre personnalité. En clair, non seulement Facebook
connaît votre sexe, votre QI, vos orientations sexuelles et politiques, mais Facebook connaît également relativement bien
votre profil psychologique. C’est quelque chose
qui va relativement loin. Malheureusement,
on va aller encore plus loin. Quid de vos moteurs de recherche ? Tous les jours, vous interrogez
les fameux Google, Yahoo et Bing, tous ces grands moteurs commerciaux
qui font notre quotidien. Quand vous êtes sur Facebook, vous savez
que vous êtes dans un espace public, aussi, on a tendance
quand même à s’autocensurer. Mais quand on interroge
son moteur de recherche, fondamentalement, on se pense anonyme, donc les requêtes que l’on formule,
sur Google ou autre sont potentiellement très intimes. Voilà un exemple qui vient d’une fuite
célèbre qui date de quelques années. « Impossible de dormir
avec un mari qui ronfle » « Combien de romances en ligne
conduisent au sexe ? » « Comment aller à lOmni hôtel
de San Antonio en venant de Houston ? » et « Comment rendre un homme
fou de désir pour vous ? » Tout ceci est quand même
extrêmement explicite. Savoir que les grands moteurs de recherche disposent de ce type
d’informations sur nous fait froid dans le dos. Mais il y a plus grave encore, parce que ce sont les fondements mêmes
de la démocratie qui sont en jeu. On sait depuis les révélations Snowden que les services de sécurité
américains ont mis en place un vaste système de surveillance
de masse, à l’échelle de la planète. A l’échelle de la planète. Keith Alexander, qui dirigeait
la NSA à l’époque, a même déclaré : « Moi, mon objectif, c’est d’écouter
tout l’Internet mondial. » Ne pensez pas que ce mouvement
est limité aux États-Unis. Je vous rappelle les débats
dans le cas de la France l’an passé – ou il y a deux ans –
sur la Loi Renseignement, et je vous rappelle toutes les lois
qui ont été adoptées à travers l’Europe
au cours des dernières années. On est là dans un changement
qualitatif fondamental. Il est important que vous compreniez que, pour la première fois
dans l’histoire de l’humanité, les États ont la possibilité de surveiller
l’ensemble de leur population. Et par simple inclination naturelle, non pas par volonté dictatoriale
ou par volonté de contrôle absolu, par simple inclination naturelle,
c’est ce qu’ils s’efforcent de faire. Pour reprendre [Jennifer] Granick, qui est
une juriste de l’université de Stanford, le secret, le mensonge, la capacité de pression,
que confère l’espionnage de masse est incompatible avec une gouvernance
démocratique, du, par et pour le peuple. Et c’est pourtant là
que nous vivons actuellement. Vous pourrez me dire
que vous n’avez rien à cacher – vous et moi n’avons
effectivement rien à cacher. Et pourtant, on met des rideaux à nos fenêtres. Pourquoi des rideaux aux fenêtres ? Pas parce qu’on veut cacher des activités
illégales ou moralement condamnables. Tout simplement parce que l’homme
a besoin de moments d’intimité. Il y a des moments où on a
besoin de se retrouver seul pour se livrer à telle ou telle activité. Ça fait partie des besoins
fondamentaux de l’humanité. Sans aller jusqu’à la célèbre formule « Si vous n’avez rien à cacher,
vous n’avez rien à craindre », il y a quand même
des situations qui interrogent. Prenons le cas de Fitbit, ces bracelets connectés qui servent
à suivre notre activité physique. Parmi les activités physiques
que Fitbit peut suivre, se trouvent les activités sexuelles, puisque celles-ci sont
consommatrices de calories – plus ou moins – mais elles le sont. Que l’on donne à une entreprise
privée le détail de sa vie sexuelle, ma foi, ça relève
de la décision personnelle, mais quand, suite
à une erreur de manipulation – je parle bien là
d’une erreur de manipulation, et non d’un piratage
ou de je ne sais quoi – le détail de ses activités sexuelles se retrouve librement
accessible sur Internet, comme vous pouvez le voir, à travers une simple recherche Google, alors là, la problématique
change de dimension. Pensez simplement à votre patron qui constate ainsi qu’il vous arrive
de manquer singulièrement de concentration pendant vos heures de travail. Pensez également à toutes ces structures,
tous ces organismes de crédit, d’assurance, qui n’ont de cesse, qui n’auront de cesse, que d’utiliser nos traces sur Internet pour sélectionner les clients
les moins risqués, et donc les clients les plus profitables. Je parle là de nos beaux
pays démocratiques, où – même si je considère qu’il y a effectivement un certain risque
pour la démocratie – fondamentalement, nous restons des gens libres, mais les choses sont infiniment
plus graves dans les pays dictatoriaux. La Chine met actuellement en place ce qu’ils appellent le système
de crédit social. C’est un système qui vous attribue
ou vous retire des points en fonction de votre activité,
de votre comportement. Et c’est un système qui est
très largement basé sur les activités sur Internet. Si vous vous comportez conformément
aux souhaits du parti – puisque c’est bien de ça dont il s’agit – vous gagnez des avantages
dans les magasins, dans les transports, vous aurez même une certaine
priorité dans les hôpitaux. Inversement, si vous vous
comportez de manière déviante, vous allez perdre des points : vous allez être puni. Un journaliste critique, Liu Hu, se retrouve actuellement
dans l’incapacité d’exercer sa profession parce qu’il a perdu la totalité
de ses accès à ses réseaux sociaux, et il a d’énormes
difficultés à se déplacer. Ça peut aller plus loin car il s’agit
d’une question de vie ou de mort. D’innombrables activistes sur Internet
ont été ou sont encore emprisonnés. Certains – comme dans le cas
de Bassel Khartabil – ont été exécutés – Bassel Khartabil a été exécuté
en 2015 par le régime syrien. Comment lutter contre ces abus ? Contre la pression normative
qu’impose la surveillance de masse ? Contre ce phénomène bien connu qui fait que, quand on est surveillé,
quand on se sait surveillé, on va avoir tendance même inconsciemment
à modifier son comportement de manière à agir conformément
à ce que l’on pense des surveillants ? Comment préserver la liberté
d’expression sur Internet ? Et la liberté d’information ? Comment retrouver un Internet libre ? La réponse va vous surprendre
parce que le darknet est surtout connu comme un espace interlope où se déroulent des choses
absolument innommables. C’est vrai, mais le darknet,
c’est bien plus que ça. Darknet, c’est d’abord et avant tout
un outil au service des libertés. Qu’est-ce que c’est
qu’un darknet ? Il y en a des tas, mais, fondamentalement,
on va appeler darknet tous ces sous-espaces d’Internet où on peut communiquer
de manière anonyme. Ça fonctionne de manière
relativement simple : au lieu de vous relier directement
au service que vous souhaitez consulter, votre connexion va passer
par plusieurs intermédiaires qui vont en cacher l’origine. Vous connaissez probablement
le plus célèbre, à savoir le réseau Tor, qui n’a pas été développé
par la mafia russe mais par l’armée américaine
au début des années 2000. Tor est très simple d’usage : il vous suffit de charger
un navigateur, le Tor Browser, pour à la fois aller sur un web caché
– le fameux dark web – ou pour surfer anonymement
sur le web ouvert. Le dark web, si célèbre,
dont vous avez tant entendu parler, là où se trouvent les fameux marchés
noirs de la drogue, etc., représente moins de 3 % du trafic de Tor. Plus de 97 % de la bande passante de Tor sont utilisés pour aller
sur le web ouvert. Donc pour contourner la censure. Donc pour échapper à la surveillance. Les principaux promoteurs du darknet, ce ne sont pas
les grandes mafias, une fois encore, mais les grandes
organisations de journalistes, à commencer par Reporters sans frontières. Reporters sans frontières
met à disposition ce qu’ils appellent le kit
de survie numérique. Un kit de survie numérique, ce n’est
rien d’autre qu’un ensemble d’outils destinés à accéder au darknet. Vous êtes un journaliste de guerre,
vous êtes un journaliste d’investigation, vous avez besoin de protéger vos sources, vous avez besoin
de vous protéger vous-même. Le darknet est pour ça un outil
absolument irremplaçable. Vous êtes un lanceur d’alerte. Je pense à WikileLaks, mais je pense
bien sûr à toutes ces alertes qui ont eu lieu au cours
des dernières années. A l’abri du darknet, un très grand nombre de scandales
sont venus au jour, en particulier dans le domaine
de l’évasion fiscale. Le darknet est un outil de lutte
contre les abus des puissants. Ensuite penser que l’espionnage de masse se limite à la surveillance
des populations, c’est se tromper. Les services de renseignements
font aussi de l’espionnage économique. Vous avez à l’écran un fac-similé de l’ordre donné
à la NSA d’espionner la France. Si vous êtes une grande structure, vous avez les moyens
de vous offrir des systèmes sécurisés. Mais si vous êtes une PME,
si vous êtes une startup technologique – je viens de Grenoble,
un endroit où il y en a énormément – vous n’avez pas les moyens
d’acheter ces outils. Avec le darknet, vous pouvez
disposer à moindre coût – on parle là de logiciels open source
qui généralement sont gratuits – d’outils qui vous permettent
de communiquer de manière anonyme et de communiquer
de manière confidentielle. Le darknet est un outil au service
de la protection des entreprises. Enfin, le darknet est naturellement
un outil au service des dissidents. Par « dissident », j’entends aussi bien la dissidence
sociétale que la dissidence politique. Qu’est-ce que je veux dire
par dissidence sociétale ? Vous savez que l’homosexualité
est condamnée dans beaucoup de pays, notamment en Afrique. Les communautés homosexuelles africaines utilisent le darknet pour exister
en tant que communautés, pour s’organiser, pour communiquer, et ceci, à l’abri de la surveillance. Et le darknet est naturellement un outil
au service des dissidents politiques, puisque c’est un outil qui leur permet
de se cacher de la surveillance. Quand il travaillait sur la société
de contrôle en cours d’émergence, cette société qui va se substituer à la société disciplinaire
dans laquelle nous vivons encore, Deleuze, à la suite de Foucault,
de Burroughs et d’autres, a notamment déclaré : « Face aux formes prochaines
de contrôle incessant en milieu ouvert, il se peut que le plus dur enfermement nous paraisse appartenir
à un passé délicieux et bienveillant. L’important, ce sera peut-être de créer
des vacuoles de non-communication, des interrupteurs,
pour échapper au contrôle. » Le darknet, c’est précisément
l’une de ces vacuoles, l’un de ces interrupteurs. Alors face à cette société de contrôle
qu’engendre la généralisation d’Internet, face à cette maison de verre au sein de laquelle on cherche
à nous forcer à vivre, le darknet est un outil fondamental de préservation
de nos libertés d’aujourd’hui, mais plus encore
de nos libertés de demain. En ce sens, ce n’est pas darknet
qu’il devrait s’appeler, mais bien freenet. Je vous remercie. (Applaudissements)

Danny Hutson

75 thoughts on “Darknet, le grand malentendu ? | Jean-Philippe Rennard | TEDxParis

  1. merci, enfin des propos réalistes sur les darknets. Bien loin de tous ces threads aux sources incertaines qui nous parlent de redrooms et de pédophilie comme unique contenu accessible.

  2. Le darknet c'est sympa, mais ça ne protège pas des attaques malicieuses. Ca risque quand même de devenir indispensable dans les années à venir, vu les dérives totalitaires auxquelles on assiste en ce moment.

  3. La peur du gendarme aura des effets divers, soit l'autocensure, soit la résistance. Les gens sont malins. Un Chinois peut facilement s'abonner à un VPN pour accéder à Internet en dépit du contrôle numérique exercé par l'état chinois. Les Lois sur l'économie numérique sont tellement invasives qu'il n'est pas étonnant que des parades comme TOR fleurissent. La liberté est trop précieuse pour se laisser étouffer aussi facilement.

  4. Bravo.
    Quand on songe que cette conférence est considérée " délire conspi" par nombre de chaîne YouTube…
    Ah…les nouveaux KAPPOS du net.

  5. il à dû toucher un joli petit paquet de $ ce petit monsieur pour affirmer des conneries pareilles … faite le test: allez sur Thor et balancez des recherches comportant les termes "attentat, fabriquer bombe, dissidence libre, etc …" et vous allez voir à quelle vitesse les RG vont frapper à votre porte.
    TEDx , sponsor principal la NSA, dès qu'on parle "communication" vous pouvez être sûr que ça les intéresse.
    "le plus facile pour espionner les peuples est de leur mettre à disposition les supports techniques que vous avez choisis, sous couvert de liberté d'expression …".
    sinon pour être vraiment libre de communiquer, essayez La Poste … et encore, maintenant ils scannent les colis, voir le courrier.

  6. Merci, enfin un avis complet sur un sujet maîtriser, ouvrez les yeux, c'est vous qui devez être l acteur de votre vie, vous mérité de savoir la vérité pour savoir l affronter au moment venu, et ont s'en rapproche très vite, bientôt bien des vérité vont éclaté au grand jours et le monde renaîtra après la grande bataille, j espère qu on gagnera, moi j y croit et je combatterai aux côtés du peuple !

  7. fitbit mesure rythme cardiaque et calories et nest pas capable de determiner l'activite, juste la consequence. DSK ou un 100M: la meme chose. Un ejaculateur trop lent et flegmatique: quelques pompes et de la marche. Bref, il n'a soit jamais fait l'amour soit jamais eu de fitbit…

  8. Le plus grand problème réside dans le fait que les gens ont perdu fois en leurs états, pourtant sensé les représenter. Vouloir se cacher de ces derniers est bien sûr légitime, surtout dans les régimes dictatoriaux. Mais il est absolument impératif que cette stratégie de fuite par rapport au système sensé être garant de notre sécurité et représentatif de nos volontés ne soit que provisoire. En effet, la solutions la plus efficaces ne serait pas plutôt de chercher à restructurer nos appareils étatiques pour retrouver fois en ces derniers ? De plus en plus de scission ont lieu entre le peuple et l'état, à en entendre la plus part des gens au jour d'hui, l'état est même devenu un ennemi (à raison surement puisque que ce dernier commet bel est biens des actions contraire au bénéfice du peuple, tel que le surveillance de masse), or je trouve cela bien dommage, car ce manque de confiance et ce sentiment de trahison par rapport au institutions sensé nous représenter ne sera bénéfique qu'aus intérêts privés. Et loin de moi l'idée de vouloir diaboliser les intérêts privés, mais ces derniers ont tout de même pour but premier le profit d'une seul personnes ou d'un groupe restreint de personnes, en claire, le gros de la population est forcement perdant dans le conflit état/peuple.

  9. L'intimité n'est pas un besoin fondamental de l'humain, c'est un héritage culturel cultivé par le mystérieux engendré par les sorciers en tout genre, repris par les classes royales, et qui aujourd'hui est accessible au petite gens!
    L'intimité servait à cacher les secrets de pratiques de sorcelleries et à cacher la faiblesse humaine afin de paraître
    supérieurement sans défaut, en ne laissant apparaître que le beau côté de la personne!
    Aujourd'hui, l'intimité est aussi dépeint comme une bulle de liberté totale, un moment à soit où l'on peut y faire se que l'on veut. Mais se n'est qu'une illusion, car lorsque vous sortez de votre intimité, tout en vous, vous trahis et dévoile votre intimité! Et au plus vous tenterez de cacher votre intimité, au plus vous la dévoilerez car en réalité, vous n'avez pas de réel secret à cacher! Les seules choses que les gens tentent de cacher aujourd'hui, sont des comportements naturel qui, avec le temps, sont devenu tabou pas la culture!

  10. Quand "les gens" parler du darkweb j'entend les même discours qu’à-propos d'internet il y a 20 ans.

  11. j'ai pas facebook, snap, tweeter, ni d'ordinateur, pas de clefs et pas de maison, je suis seul, je vis dans la foret, j'ai pas d'électricité.

  12. C'est une bonne pub pour les VPN.
    Plus sérieusement, il cite des noms et des faits sans les prouver, et c'est dommage. Par exemple, prendre l'exemple d'un journaliste chinois et en faire une généralité, sans expliquer le pourquoi de parce que, m'empêche d'accepter son argumentaire. J'entends chez lui un discours militantiste, qui ne choisi que ce qui arrange son point de vue, sans débat, sans nuance, sans précision. S'il y a du vrai dans ce qu'il dit, cette vérité est occultée sous tous ces biais.
    en d'autres termes, si les faits qu'il énonce, si l'état de la surveillance internet mondiale est aussi intrusive et aussi liberticide, exposer toute la vérité, et tous les faits, dans leur globalité, lui donnerait raison… Et pourtant il choisit de n'énoncer que des cas isolés très spécifiques qui ne vont que dans son sens, sans apporter la moindre précision sur ces exemples, ne serait que pour que l'on aille se renseigner nous-même par la suite.
    Et ce type de discours est celui du militant, celui qui choisit sa vérité et qui attaque avec véhémence qui le contredit. Il dit représenter la liberté, la démocratie (comme si un système politique pouvait symboliser le bien) et la protection, et face à lui l'espionnage, le totalitarisme, et la soumission.
    Même si ce qu'il dit peut être vrai, son argumentaire est irrecevable car fallacieux. Il convaincra les naïfs et se fera porte parole de qui pense de toute façon déjà comme lui, voilà tout. Malheureusement.

  13. ils peuvent faire ce qu'il veulent moi je les emmerde jais pas pas besoin de leurs points et jais pas besoin des réseaux sociaux et je leurs dis je vous emmerder

  14. ils ont du boulot en afrique car comment controlé les resaux telephonique en afrique tous le monde a 5 telephone ou 5 puces et pour savoir quoi que felicité a baisé avec gedeon la nuit derniere lol

  15. Ce Jean-Philippe Rennard fait visiblement parti des idiots. Facebook ne connait que les données des personnes qui ont été assez stupides pour les donner. C'est pas un détail.

  16. Les études je rigole aucun absolue mais c'est gens ce branle en pensant que 40% des gens pense que la terre est plate que bandes de crétins

  17. EXELLENT !!!
    a montré au personne qui ne connaisse pas le darknet…. (qui est pointé du doigt par nos média mais qui est simple le freeweb!!! comme il est dit dans ce témoignage..)

  18. il confond darknet et deepweb, le darknet c'est là ou les choses illégales se produisent et le deepweb ce sont les sites plus ou moin normaux disons.. pour lui j'ai l'impression que tout est "darkweb" alors que c'est pas du tout ça

  19. Pour le contrôle démographique et le pouvoir d'octroyer ou non le droit d'enfanter !
    Nous nous doutons bien que la première raison d'exister de l'internet est de nous sélectionner.
    Les eugénistes à l'oeuvre prévoient sans doute de se doter du pouvoir de contrôler les naissances en octroyant ou pas le permis de procréer.
    Pour n'accorder ce droit qu'à des individus profilés selon leurs critères, internet permet dès aujourd'hui de répertorier les lignées bonnes à cultiver et celles à éradiquer.
    Pour ceux qui, dans le futur demanderons l'autorisation d'enfanter, l'examen de leur cas sera basé sur un dossier dont les premiers éléments remonteront à la naissance d'internet. Selon les traces laissées par notre lignée sur internet, nos descendants seront invités à poursuivre ou non l'aventure.
    Inutile de nous entre-tuer, à la place, "il suffit" d'empêcher de naître les "indésirables" pour remporter la course à l'hégémonie, devenir omnipotents et conduire l'humanité en tant que Dieux.
    Quant à penser pouvoir échapper à la surveillance de la mafia en place en communicant par le biais des ondes et des fils de cuivre est bien puéril, bien naïf, le dark-net pfff… anonyme, n'importe quoi !

    Nous gobons encore ? Alors, nous méritons le bâton autant qu'eux !

  20. Le darknet ou comment se faire surveiller ou contrôler sans pouvoir faire appel a une quelconque loi pour se défendre… Le revers de la médaille.

  21. LOL… "97% est utilise pour naviguer le web ouvert" contre 3% pour les autres sites… HEUREUSEMENT QUE "ILS" NE SAVENT RIEN SUR L'UTILISATION DE TOR
    mort de rire!
    Tor, c'est juste un piège à souries sur mesure 🙂

  22. Euh question bête sans doute, mais si le « darknet » est aussi discret qu’on le dit… comment est-on en état de mesurer les pourcentages respectifs des champs d’utilisation de sa bande passante???

  23. Mais les homosexuels ne peuvent pas existé en Afrique comme société monsieur l'Afrique est la base de la civilisation,des homosexuels ne peuvent pas fondé de famille sur ceux nous on ne les aiment pas et c'est mieux comme ça

  24. Merci beaucoup pour votre alocution.

    -Internet : quelles Gestions à terme des balances risques versus opportunités ?

    -White ou et Dark Web Net TOR … Snowden…

    -Gratuité des réseaux à quels prix ? Smartphones aux multi applications de geolocalisation ? Déclenchement automatique de vos micro de vos caméras… ?
    Des data infinies personnelles = substances nourricière de l éducation de nos propres Intelligences Artificielles : des Algo apprentissage Deep Machine Learning… aux DLT aux blockchains … aux crypto actifs… aux tokens….

    – Vers plus d Évasion fiscale, de corruption, décentralisation financière échapper au contrôle ? Pas si sûr au contraire … vers des traçabilités 100% automatique systémique systématiques … pour qui est désireux de les contrôler

    – LCBFT Securité Cybersecurité Surveillance de masse… ?

    Aux paradigmes des transformations déjà présentes, futures : des notions de Libertés, de censure, de contrôle ou et de démocratie …? Demain un Internet des internet… libre … payant… régulé contrôlé… par des états des pays des nations…?

    Difficile de spéculer, l'avenir nous le dira ?
    Où tout est déjà écrit, scénarisé, dicté ?

    Aucune idée personnellement…

    Merci beaucoup pour ce sujet très intéressant

  25. Ouai mais alors Tor espionne aussi ses utilisateurs qu’est ce qu’on en sait c’est con ce qu’il dit ca deplace juste le probleme. Si vous ne voulez pas être espionné sur Internet le mieux ca reste de pas l’utiliser, installez vous dans les montagnes et planter un potager. Sinon il y a la loi censé protéger les citoyens c’est toujours ca

  26. Hé oui sauf que moi je veux être connecté à mon compte Google pour avoir accès direct à mes courriels et services cloud.
    Et je vis en France, sous le régime Sécu, donc je me contrefous que mon dossier médical soit en libre accès.

  27. DNS cryptés privés. Google et n'importe quel autre moteur ne savent rien de mes requêtes car ils ont besoin des DNS publiques pour savoir ce que je fais ou recherche.

  28. L'homosexualité ne fait pas parti des valeur que l'Afrique veux promouvoir. ALors pourquoi vouloir imposer? tu parle bien de democratie de liberté et autre et tu te concredis fondamentalement. Intervention tellement Nulle et inutile.

  29. Les gens qui espionnent le plus son ceux qui bénéficient le plus de l'anonymat, cherchez l'erreur. Bienvenue dans la société du, faites ce que je dis, pas ce que je fais.

  30. Pas besoin d'aller jusqu'en Syrie pour trouver des cyber martyrs : Alain Soral vient d'être condamné à 82 000€ d'amende pour avoir relayé un clip de rap gilet jaune, Hervé Ryssen, écrivain, a écopé d'un an de prison ferme pour deux tweets, le rappeur Yom est actuellement incarcéré pour un statut facebook contenant une blague sur le CRIF, sans parler des ces pauvres Vincent Reynouard (pourchassé par la justice pour des écrits et exilé en angleterre) et feu le professeur Faurisson…

  31. Il y a de nombreux autres moyens de se protéger que le "darknet", même sur le web ouvert. Le réseau Tor est loin d'être infaillible et si vous pensez être invisible en l'utilisant vous vous trompez lourdement. La première des sécurités, c'est vous. La seconde, votre matériel, et la 3e c'est la manière dont vous communiquez, et où vous envoyez vos données.
    Peu importe le trajet que vous empruntez, si vous sortez d'un parking pour entrer dans un autre on peut vous attendre au départ ou à l'arrivée.
    En revanche, un simple chiffrement d'un garage à un autre…

  32. Le contrôle de masse, c'est pas possible. Parce que justement l'individue disparaît dans cette même masse. Les exemples ou on utilise la technology pour tracer ou espionner quelqu'un, sont des personnes ouvertement critique d'un régime oppressif. L'utilisateur normale de tout les jour n'a aucun souci a se faire que quelconque obscure personnage gouvernemental s'intéresse à lui et est en train de le surveiller sur le net en directe. Prenons un example. Vous programer un system de surveillance qui intercepte et vous transmet tous les messages, EMails etc. qui contient le mot bombe. Une seul personne aurait a éplucher des milliers, voire des millions de documents par jour. Et ça c'est juste pour un mot. Augmenter votre éventail de recherche et on atteint très vite des milliards. Combien d'administrateur un gouvernement faudrait-il employer pour avoir  un vraie contrôle? Des centaines? Des milliers? Des dizaines de milliers? Plus encore? A ce stade ça se saurait, si un gouvernement aurait une telle capacité de contrôle du net. Pour contrôler quelques cibles specific, là c'est sûr qu'il y a les moyens. Mais dans un état démocratique, normalement, des lois protège les individue et une tel activité serait illegale et punissable si l'état ne peut pas justifier cette action. Si quelqu'un apparaît dans une liste "à surveiller" dans une agence de renseignement gouvernementale, c'est qu'elle a du attirer massivement l'attention du système de surveillance qui est programmé pour filtrer un max les donnés, afin de permettre à la quantité l'imiter d'administrateur de pouvoir traiter les cas les plus ouvertement menacent au plus vite.

  33. Si certaines personnes envisagent d'utiliser Tor après le visionnage de cette vidéo, il est important de préciser que l'installer pour windows ne sert absolument à rien, microsoft possédant des logiciels espions dans leur système d'exploitation. Privilégiez l'utilisation de logiciels open source, à l'instar de firefox ainsi que de système d'exploitation libres, comme Linux.

  34. Hello! Interested in darknet, but you can not find working legit sites? deepweblinks2onion(.)com – No thanks;)

  35. Etre sur FB c'est une preuve d'incapacité de vivre dans une société démocratique, c'est un appel à être contrôlé pour tous les actes de sa vie, c'est un système qui permet l'exhibitionnisme à l'état pur et le met en valeur, et la jeunesse… aime ça !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *